le saut à la pendule
C'était dimanche 21 mars 25 AG, au Saut Seikoko.

Repère et Quickly de Kreisler (frère du compositeur), le couple le plus joyeux du milieu du saut d´horloges, a offert aux 4 000 spectateurs du Grand Palais des Montres ces secondes de grand sport. On n'a jamais entendu un public crier autant d'encouragements. On ne peut que se réjouir de leur première place devant l'Ecossais Scottish Brash Brash, n°2 mondial, et Hello Forever Bye Bye, qui n´est qu´une swatch déguisée en concurrent. Bien sur, Alichka Bibisse Auroupi était là, mais il n´en a pas mieux compris le fonctionnement des aiguilles.

Bref.

 L’Allemand Christian AchMann complète le podium sur E-pleaser van de Teck. Seule Française qualifiée pour le barrage, Pénélope L´AB Pr´vost se classe 11e sur sa pendule Nice Stéphanie.

L´épreuve est simple : il s´agit de sauter par dessus des horloges, en récitant les secondes qui passent, en gros, en étant une horloge parlante aussi impassible que possible, malgré l´effort consenti.

Le coureur est appelé chanteur (car sa prestation vocale est essentiellement chantée), parfois achantée, mais la présence des achanteurs n´est plus autorisée depuis longtemps. (Qui s´en plaindrait, du reste ?)



On se repasse inlassablement ces secondes magiques, on adore voir le chanteur breton donner sa ruade habituelle à la sortie du mur et foncer avec une confiance imbécile en portant sa pendule vers la dernière haie. A la sortie du parcours, le chanteur ne contenait pas sa joie et affirmait, entre quelques secondes chantées, trouver sa “pendule plus calme que d'habitude".
Il y a quelques jours, le couple offrait un quota à son pays pour les Jeux olympipiques et mardi 30 mars, l'entraîneur du couple, Marcel du Roze, fêtera ses 80 ans.
Lire également le portrait du chercheur en pendules : Alichka Bibisse Auroupi.

Top